Déo bio, comment choisir ?

deo-bio

Sentir bon au naturel

Si je vous dis déodorant… vous me répondez, sans hésiter j’espère, oui mais sans sel d’aluminium. Là dessus je crois qu’on est toutes d’accord. Bon mais maintenant, quel déo bio sans aluminium efficace ? Les marques ont bien compris qu’il fallait qu’elles deviennent, pour faire des bénéfices et survivre, plus responsables ; résultat : elles multiplient les gammes de déo sains, élaborant des stratégies d’écologisation où le packaging l’emporte, trop souvent, sur l’efficacité. Sans parler du prix.

 

Alors bien sûr, ces nouveau déo bio industriels ne comportent que des produits naturels, mais sont-ils réellement efficaces contre la transpiration ? Dans les déo classiques anti-transpirants, ce sont les fameux sels d’aluminium, accusés entre autres de favoriser les cancers du sein, qui limitent la transpiration en réduisant le diamètre des pores. Mais transpirer, c’est bon pour la santé. Ça permet d’éliminer une partie des mauvaises bactéries du corps.

 

Déo bio industriels VS déo bio maison

Ce n’est pas la transpiration qui sent mauvais mais sa décomposition. Il existe de nombreux produits aux propriétés antibactériennes, fongicides et régulatrices totalement naturels qui permettent de lutter efficacement contre la transpiration. Mon préféré, mais j’en reparlerai plus loin, le bicarbonate de soude. Mais aussi les huiles essentielles anti-sueur de Cyprès, Géranium odorant, Laurier noble, Sauge Sclarée, Teatree, Palmarosa…

Trouver le déo bio industriel efficace nécessite patience et bons yeux. Pour en avoir testé plein, je peux vous dire qu’il y en a peu d’efficaces ou alors à des prix exorbitants.

J’ai testé la pierre d’alun : totalement inefficace en ce qui me concerne. Idem pour toute la famille. Et puis aucune étude sérieuse ne tranche quant à son innocuité. Sels dangereux, pas dangereux ? Dans le doute autant s’abstenir.

J’ai donc décidé de faire mon propre déo maison. Plus simple, plus efficace, beaucoup moins cher et meilleur pour la planète (packaging…).

Et j’ai trouvé LE produit miracle : le bicarbonate de soude alimentaire. Le tout simple, en poudre. Que j’utilise déjà de multiples façons : pour conserver plus longtemps mes fleurs, en dentifrice, en soin visage et corps, en levure dans mes gâteaux, pour blanchir mes torchons, assainir et réduire les mauvaises odeurs de poubelle, en bain de bouche et avec du citron quand j’ai mal à la gorge, quand j’ai trop mangé et que j’ai mal au ventre, pour nettoyer mes fruits et légumes, le lavabo, la baignoire, la cafetière, mes poêles brûlées, etc. J’en rajoute pas plus, vous l’avez compris, le bicarbonate de soude (ou de sodium, c’est pareil) est un produit naturel pas cher véritablement INDISPENSABLE.

C’est quoi d’ailleurs ? C’est une substance minérale qui existe à l’état naturel que l’on trouve principalement dans les sources d’eau chaude et thermale ; elle est composée entièrement de bicarbonate de sodium, c’est-à-dire de Sodium, d’Hydrogène, de Carbone et d’Oxygène (NaHCO3).

 

La palme sans hésiter au déo bio maison…

Pour transpirer en toute sérénité, voici ma recette de déo biodégradable, non allergène, au prix défiant toute concurrence (on en trouve à moins de 4 € le kilo !) : du bicarbonate de sodium fin alimentaire dans de l’huile de coco vierge (ou amande douce, jojoba…) + quelques gouttes d’huiles essentielles de Palmarosa.

Applications possibles : du bicarbonate pur après la douche (non je vous rassure ça ne pique pas !) en massant légèrement les aisselles laissées un peu humides (ça c’est pour le côté pratique et éviter que votre sdb ne ressemble à une arrière-cour de boulangerie), de l’HE pure ou un mélange de votre crû. Amusez-vous !